Alerte info

En raison d'un problème technique, les informations trafic de la rocade fournies par la DIRA sont indisponibles pour une durée indéterminée. Consultez le site de Bison Futé.

En savoir plus
Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Pourquoi cette expérimentation

Mis à jour le 14 mars 2018

Ces dernières années, les pratiques de déplacement ont beaucoup évolué sur le territoire métropolitain. Le pont de pierre ne représente plus que 5% des franchissements automobiles quotidiens de la Garonne contre 73% des franchissements à vélo.

Pourtant, malgré cette fréquentation automobile plutôt faible relativement aux autres ouvrages de franchissement (Pont d'Aquitaine, Pont François-Mitterrand, Pont Saint-Jean, Pont Jacques-Chaban-Delmas), la file voiture est saturée en heure de pointe. La circulation sur le pont de pierre le 28 mars 2017 en vidéo :

L'aménagement du Pont de Pierre n'est donc plus adapté aux nouvelles pratiques de déplacement. Cela conduit à des situations de conflit, voire d’accident, notamment entre piétons et cyclistes.

Forte de ce constat, Bordeaux Métropole a souhaité mener une expérimentation pour améliorer l’accessibilité du centre-ville de Bordeaux, ainsi que, concomitamment, la qualité de l’air. 

Cette action vise à fermer le Pont de Pierre à la circulation automobile et deux-roues motorisés (hors taxis, cars de tourisme, Bordeaux City Tour, bus TBM) du 1er août 2017 au 31 janvier 2018.

Comparatifs de temps de parcours

Temps de parcours sur un  trajet de moins de 5 km : Gare de Cenon > Palais de Justice.

Le vélo et le tramway sont aussi performants l’un que l’autre : 17 à 18 min de temps de parcours.

En voiture :

  • 12 min en heure creuse, hors temps dédié au stationnement.
  • 25 min en heure de pointe, hors temps dédié au stationnement.

Pourtant, dans la métropole bordelaise aujourd’hui, 60% des déplacements de moins de 2 km se font encore en voiture.

Enquête auprès des automobilistes empruntant le pont de pierre

Une enquête effectuée un jour de semaine auprès des automobilistes empruntant le Pont de pierre démontre que :

  • 33% des automobilistes empruntant le Pont de pierre viennent d’une commune hors métropole et auraient tout avantage à emprunter un autre itinéraire. 37% viennent du quartier Bastide.
  • 40% des véhicules viennent de Bordeaux
  • 88% des véhicules ont pour destination finale Bordeaux.
  • Dans 74 % des cas, le conducteur est seul à bord ; dans 20% des cas, le conducteur est accompagné d’un passager.
  • 67% des franchissements automobiles du Pont de pierre se font pour des motifs professionnels.
  • 27% des automobilistes interviewés empruntent le Pont de pierre tous les jours.
  • 27% l’empruntent plusieurs fois par semaine
  • 44% l’empruntent rarement.

Une période propice pour l'expérimentation

Traditionnellement, le mois d’août correspond à la période de l’année où la circulation automobile est la plus faible et le mois de septembre à celle où la pratique du vélo est la plus forte. La période choisie est donc la plus propice au lancement de cette expérimentation, d’autant que la rentrée scolaire est souvent l’occasion de mettre en œuvre de nouveaux comportements, y compris de nouvelles habitudes de déplacement.

Le plan de communication fera état des différentes aides proposées par l’Etat comme par Bordeaux Métropole pour l’achat de vélos, mais aussi du système de prêt de vélos proposé par Bordeaux Métropole. Une nouvelle opération « sans ma voiture » sera également lancée le 17 septembre (et durera jusqu’au 20 octobre) de façon à proposer, à ceux qui pourraient se départir - au moins temporairement - de leur automobile, un large panel de solutions d’accompagnement : abonnements à tarif réduit pour le TER, TBM, Citiz, Bluecub, V3 et applications mobiles de covoiturage de type Boogi.

40
automobilistes franchissent la Garonne en 5 mn.
50
cyclistes franchissent la Garonne en 5 mn.
30
piétons franchissent la Garonne en 5 mn
500
passagers minimum franchissent en tram la Garonne en 5 mn.